2013

Soutien à l'exposition "Eu (te) apago, tu (me) apagas e nós (nos) apagamos" de Teresinha Chiri et Claudia Camposs à l'espace Culturel de la Bibliothèque Nadir Kfouri - PUC-SP à Sao paulo - de 20 février au 27 mars 2013

   

 


 

soutien à la démarche artistique


 

2012

                           


2010

http://terresindigenes.blogspot.fr/

Soutien financier au catalogue de l'Exposition collective Terres indigènes à Brasilia - Brésil


2006

Festival : Escales d'ailleurs

Participants : Peuples Waurá, Kadiwéu, Kinikinaw, Karajá et Fulni-Ô, Flaviana Kinikinaw, Teresinha Chiri, Ângela Barbour, Cláudia Camposs, Anita Loisel, Laura Rodríguez et Daniela Komives.

“Pour préserver la nature, préservons d’abord l’être humain. Le développement équitable est aujourd’hui le chemin choisi qui amène la communauté à préserver sa culture, forêt, et son économie.”(Guilherme Imhoff)

Groupe Uroboros à Sao Paulo, mai 2005 : Marilda di Camargo, Teresinha Chiri,Ângela Barbour, Cláudia Camposs et Laura Rodríguez

Atelier Brasil a soutenu le projet du Groupe Uroboros (http://claudia.camposs.free.fr/UROBOLINNES/UROBOLINNES.htm).

3 expositions collectives et un cycle de conférences ont été organisé lors de l'année culturelle du Brésil en France.  Cette manifestation culturelle avait pour but de stimuler un contact entre ces artistes qui vivent dans les deux pays (France et Brésil).  Les œuvres sont réalisés dans différents domaines : vidéo installation, peinture, collage, gravure, dessin, photo et performance.

  Conférences : 3 rencontros- Auditorium de l'espace TUCA à  Sao Paulo

1er. rencontre :

Marilda di Camargo : Thème:" Cem Memórias / Sem memórias". Dra. Ana Claudia de Oliveira - Thème: "Les Vênus de Milo surrealistes".

Angela Barbour invite Maria Bonomi et Carlos Alexandre Campos - Thème: "Les yeux fermés"

 

Terezinha Chiri invite Tadeu Fabrício Malheiros - Thème:" A la recherche du développement durable:l'être humain, les villes, la nature"

Cláudia Camposs invite Eliane Potiguara et Thini-Á Fulni-Ô - Thème:"Préservation et mémoire de la culture indigèna brésilienne". L'association 'Terre indigène" a soutenue financièrement cette conférence

Un cycle de conférences a eu  lieu le mois d'octobre en France 2005 - Nuit Blanche, Université Paris 8.

PRESERVATION ET MEMOIRE : RENCONTRES AVEC LE GROUPE UROBOROS


Le groupe pluriculturel “UROBOROS” est constitué de plasticiennes qui se sont réunies à l’occasion de l’année du Brésil en France pour organiser des expositions itinérantes dans les deux pays, en créant simultanément un partage d'expériences.
• Brésil : Ângela Barbour, Laura Rodríguez (origine : argentine), Marilda di Camargo et Teresinha Chiri.
• France : Carla Borba et Cláudia Camposs.

Deux journées de rencontres et de réflexion sont proposées à Paris 8 sur le thème "mémoire et préservation":


Université de Paris 8,

10h00 Angela Barbour – « Avec les yeux fermés », Silvia Antibas (Historienne, directrice du département de musées et archives da Secrétariat de Culture de Sao Paulo), « Nouveaux projets et nouvelles expériences dans les musées de Sao Paulo ».
14h00 Marilda di Camargo – « Le Féminin Perdu »,
Prof. Dr. Éliane Chiron – (Professeur des Universités Paris 1 – Panthéon Sorbonne, Directrice du Centre de Recherche en Arts Visuels (CRAV), Responsable du DEA d’Arts Plastiques Paris 1 – Panthéon Sorbonne) - « La femme qui n’existe pas ».
16h00 Carla Borba - « Art et mémoire : un rituel de passage. »,
Prof. Maria Pileggi (professeur à la Paris IV et doctorat en preparation au E.H.E.S.S.). – « L’achimie : art autant que savoir. »
Le 10 octobre
Bibliothèque de l’Université de Paris 8
14h00 Cláudia Camposs – « préservation et mémoire de la culture indigène du Brésil »
15h00 Teresinha Chiri - « Vestiges d’une forêt en extinction »
16h00 -
Frans Kracjberg Peintre, sculpteur et photographe, à 84 ans, brésilien d’adoption, il continue à vivre entre le Brésil et la France, ce qu’il fait depuis cinq décennies. Kracjberg est devenu l’icône de la conscience écologique brésilienne non seulement par ses sculptures, mais aussi par son vaste travail de photographe et de témoignage sur la déforestation sauvage pratiquée au Brésil.